Tuesday, October 24, 2006

Vers un nouvel état démocratique ?




www.anticor.org ; tous contre la corruption !

Oui aux jurys de citoyens pour surveiller l'action des élus, et ce n'est pas tout !

Les déclarations de Ségolène Royal, candidate à l'investiture pour l'élection présidentielle au sein du parti socialiste, concernant le role des citoyens face à la crise morale et démocratique ont fait grand bruit. Je salue l'esprit de ses propositions en phase avec les attentes citoyennes.

Aujourd'hui 60% des électeurs considèrent que leurs élus sont corrompus. Ils sont de plus en plus nombreux à s'abstenir ou à choisir le vote de défiance en faveur de l'extrême droite. A Bordeaux Alain Juppé est réelu avec 56% d'abstention. Peu avant à Levallois Perret, Patrick Balkany retrouvait son siège avec seulement 25% de participation.
Or, que font les partis politiques pour démentir leur mauvaise réputation?
Ils se taisent, quand ils ne recyclent pas des élus condamnés par la justice !

A l'heure d'une crise démocratique d'un niveau rarement égalé, Ségolène Royal met courageusement en débat la réponse citoyenne à la corruption d'une partie des élus.
C'est le seul moyen de réhabiliter la politique et de lui rendre sa crédibilité face aux dérives qu'elle connaît.

Elle ringardise par là même tous ses concurents en proposant une authentique rénovation des pratiques qui consiste à ne pas se contenter d'associer les citoyens à la délibération politique, mais aussi au controle de l'exécution et de la gestion de la chose publique dont ils sont copropriétaires.

Pas étonnant que ceux qui ont trop longtemps confisqué et abusé de leur pouvoir s'offusquent aujourd'hui d'une telle proposition. Comment peut on encore admettre les frais de communication somptuaires de certains élus, les travaux publics facturés mais jamais éxécutés, les services publics, toujours plus couteux mais parfois de moins en moins efficaces faute d'une gestion saine des deniers publics ?

Bref, la démocratie participative qu'elle propose constitue un vrai changement pour établir un partenariat élus-citoyens dans le cadre d'une nouvelle république.

Au délà, la France a besoin d'accomplir une véritable révolution démocratique et culturelle pour remettre de l'éthique au coeur de la politique.

Cela passe notament par :

- la réforme profonde des institutions avec de véritables contre pouvoirs
- la formation obligatoire des élus
- l'inéligibilité défintive des élus condamnés pour des délits financiers ayant trait à l'argent public - la limitation stricte des mandats (renouvelable une fois) et des fonctions exécutives
- le renforcement des pouvoirs et l'élargissement de la saisine des chambres régionales des comptes qui deviendraient de vraies juridictions.

La lutte contre la corruption doit susciter une résistance implacable des républicains face à la démagogie des extrémistes de tous poils qui prospèrent sur l'inaction et les silences complices de nombreux responsables politiques.

Enfin du neuf dans la parole sans tabou d'une candidate so-cia-liste !

6 Comments:

Blogger François Charmont said...

Chère Séverine,

Alors là, ce post me laisse pantois. Les jurys citoyens seraient donc une sorte de panacée capable de contrer la crise démocratique que connaît la France, entre autres.

Je suis surpris de ton analyse. Il me semble que le Parti socialiste n'est pas une succursalle poujadiste chargée d'appliquer les préceptes de Contribuables Associés concernant, par exemple, les dépenses somptuaires de certains élus.

A moins, bien sûr, qu'Anticor ou la Convention pour la 6e République aient fait leur temps, comme ce magnifique Laurent Fabius que tu décris si bien.

J'ai comme l'impression que Ségolène Royal choisit la voie de la pure démagogie ou, puisque l'on est entre camarades, du gadget, pour éviter de parler précisément de l'instauration d'une Répiublique nouvelle parlementaire. Cela n'est pas sans me rappeller une phrase de François Mitterrand sur un autre centriste, à une autre époque : elle a en effet "compris que pour conserver le principal, il convenait le plus souvent de changer l'accessoire"...

Car que l'on ne s'y trompe pas: sur la suspicion de corruption qui touche la classe politique, un jury, fût-il de 15000 personnes (je n'ai pas compris le chiffre tant il change au fil des interventions) convaincra-t-il 40 millions d'électeurs?

La crise est plus grave et tu le sais mieux que moi. Deux leviers, dans le strict cadre républicain, doivent être renforcés: la justice quand elle est nécessaire, pourquoi pas en instaurant une inégibilité à vie dans les cas graves; la force du suffrage universel dans le cadre d'une République enfin refondée.

Il se trouve que Laurent Fabius est le seul à avoir compris, car c'est un intellectuel engagé avant d'être un politicien, la profondeur de la crise le 21 avril 2002. Il se trouve que tes camarades de Rénover maintenant l'y ont beaucoup aidé, même si tous n'ont pas fait le choix de la fidélité, s'éloignant ainsi un peu plus de la 1ère gauche, celle de Mitterrand.

Laurent Fabius ne correspond pas à l'air du temps? La belle affaire! Je sais que tu admireras longtemps encore François Mitterrand. Tu sais aussi que j'ai lu quelques milliers de pages du Président. Je t'invite donc à feuilleter la presse des années 1978-1980. Tu retrouveras quelques-uns des arguments que tu avances dans tes précédents posts sur Laurent. Mais à l'époque, ils portaient sur Mitterrand. La "ringardisation" des hommes d'Etat de gauche est une argumentation vieille comme le monde, donc essentiellement conservatrice en France. Je m'amuse un peu: si Laurent Fabius est l'homme du passé, Ségolène Royal est la femme du passif...

Gardons notre sang froid, comme tu dirais de Laurent Fabius. Tracer un chemin, dans le vocable de la 1ère gauche, n'est pas s'arrêter à quelques mesurettes censées appâter conjoncturellement (pardon pour l'adverbe peu mitterrandien) l'électeur. Car lorsque la gauche cède aux pulsions du peuple qui existent aussi, elle plaît un temps, un temps qui ne va en général pas jusqu'aux élections.

Il est temps de se ressaisir. Si le candidat, c'est le projet, peu importe qui est le candidat. A condition qu'il porte le projet et qu'il l'enlumine! Par ailleurs, la droite craint Laurent Fabius parce qu'il est un des hommes les plus brillants de sa génération. J'ai toujours envie de le voir mener une campagne tambour battant pour convaincre, aller chercher les voix une par une.

Ce n'est pas avec un blog bleu nuageux que l'on peut convaincre: tu osais une comparaison malheureuse entre l'attitude des socialistes envers Ségolène Royal et la période référendaire. Sur la manière de faire de la politique, j'ai peur que Ségolène Royal n'ait pas beaucoup changé par rapport au 21 avril et au 29 mai ! Mais sa posture de victimisation permanente l'aidera peut-être?

Traçons donc notre chemin pour changer la vie, mais avec la République, la Gauche et la France !

Fidèles amitiés,

François

6:35 PM  
Blogger Séverine Tessier said...

Bonjour François,
les révolutionnaires du statu quo sont très nombreux et je déplore que toute solution nouvelle soit ausitôt présentées comme démagogique par tous ceux qui hier n'avaient d'yeux que pour Porto Allegre. Les élus honnêtes soit l'immense majorité (e tAnticor en compte un grand nombre de toutes tendances parmi les républicains) n'ont rien à craindre d'un partenariat avec les citoyens qui seront d'autant plus indépendants et responsables qu'ils seront tirés au sort. Le principe sous des formes diverses existe dans d'autres pays, ce n'est pas nouveau. Le nom peut être différent mais je crois que tu trompes vraiment ainsi que Laurent Fabius malgré toutes ses qualités je le répète. Je crois aussi que si on est pour la rénovation et pour la sixième république, on doit tout faire pour rétablir la confiance et pourquoi pas grâce à la démocratie représentative qui pourrait limiter le vote défouloir et favoriser l'évaluation de l'efficacité de la dépense et des politiques publiques. Ségolène Royal a compris la crise démocratique elle a au moins le mérité de tenter d'apporter des réponses. Les citoyens s'investissent de plus en plus sous diverses formes associatives par exemple mais ils rejettent les urnes, voici un moyen de les y ramener. C'est tout le contraire du poujadisme et du populisme.
Par ailleurs, comment oser parler du "seul vote comme jugement populaire" (communiqué de l'AMF) dès lors qu'on délègue à grand frais et de plus en plus massivement tous les pouvoirs aux syndicats intercommunaux et aux communautés d'agglomération qui ne sont pas élus au suffrage universel ? Explique moi où est la démocratie ici ?
Je pourrais aussi développer l'angle anti-corruption car je suis très bien placée pour constater que rien n'est fait dans ce domaine et que les juridictions financières ne servent plus à grand chose tandis que les citoyens réclament des comptes à juste titre !
amicalement.
Séverine
ps ; entre toi et moi, j'epsère que Laurent sera deuxième car je ne vois rien de pire que DSK or votre stratégie le favorise vraiment !

1:18 AM  
Blogger brigetoun said...

ne penses tu pas que des jurys tirés au sort, comprenant un échantillon de l'ensemble de la population et non uniquement des militants motivés par la lutte contre la corruption, si c'est plus démocratique, ne permettra pas la remise en cause de l'élu (je te signale qu'ils sont la plupart du temps réélus).
La poursuite classique est plus sure

8:05 AM  
Blogger charlery said...

Je pense que j'ai touché mon salaire en lisant ton propos anticor ,jurie citoyen,tout celà va dans le bon sens le pragmatisme des femmes si les femmes s'investissent dans l'internationale je prends les paris a 110 cpnt un qu'il n'yaura plus d conflit armée pourquoi qui met au monde des enfants et qui les soignent pensez vous quelles ont envie de les voir morts ou des epurations ethnique s ou que sais je encore ? Non d'ou quelles soient elles developpent un sentiment de maternités qui rasemble audelà des frontieres regardez la faim dans le monde c'est une fmme et son bébé croyez vous quelle veut qu'il meurt ??? Alors que l'on tue ceux qui luttent contre sesfleaux les mines antipersinel??? combien celà coute parapport a une poignée de blé???

9:28 AM  
Blogger Sébastien Le Bret said...

Chere Severine,

je bois tes paroles. Je suis tout a fait d'accord avec toi.
Bien sur le "jury" citoyen ne doit être qu'un élément parmi d'autre pour rénover notre république mais quand je vois l'ensemble des reactions de la classe politique, je pense que Ségolène a mis le doigt sur le coeur du problème. Je considere en effet qu'un homme ou une femme politique ne doit pas avoir peur du peuple. La Veme a enfanté une génération politique qui a grandit et "prospérée" dans le confort des palais de la republique.
Je reprendrais et détournerais la formule de Florence Parisot = "la vie, l'amour sont précaires pourquoi pas la politique..."
Je considère que l'homme politique du 21e siecle devra être l'équivalent des hommes de foi. La passion du politique doit être un sacerdoce.
Nous avons besoin aujourd'hui d'homme et de femme qui doivent travailler pour l'intérêt général, transmettre leur vision et savoir pour le bien de la communauté.
Je profite pour t'interpeller sur les paradis fiscaux et au secret bancaire. J'attends encore l'homme et la femme politique qui décidera à s'attaquer vraiment à ce sujet, car il s'y trouve le point névralgique du libéralisme et de la mondialisation. Combien de génocide, de crimes ont du leur existence par l'existence de ces endroits.

9:50 AM  
Blogger Séverine Tessier said...

Chère "Brigetoun" - je crois qu'il temps de rappeler qu'en démocratie le souverain c'est le peuple et je pense que le meilleur moyen de changer un peu les pratiques c'est de remettre un peu de contre pouvoir.

Cher Charlery,
merci pour ton message qui me touche. Amitiés

Cher Sébastien, tu as absolument raison, je n'ai pas encore parlé des paradis fiscaux (nous avions fait une contribution thématique au congrès du Mans sur le sujet). C'est un sujet très lourd. Je ferai un article là dessus. Pour citer un homme politique courageux là dessus : Arnaud Montebourg est un des rares à avoir osé aborder la lutte contre la délinquance financière à travers la mission parlementaire anti-blanchiment.(voir à ce sujet le site de l'assemblée nationale ; www.assemblee-nationale.fr)

8:11 AM  

Post a Comment

<< Home